Offre

Opportunités d’investissement en Algérie: L’intérêt croissant des USA

Un intérêt croissant est porté, depuis quelques mois, par les investisseurs américains au marché algérien. Les géants de l’oncle Sam désirent de plus en plus s’installer en Algérie, qui offre des opportunités intéressantes, dans la mesure où notre pays pourrait constituer, par la suite, la porte pour l’Afrique subsaharienne.

 

 

La visite du Premier ministre, précédée en novembre 2015 par la mission d’affaires conduite par le ministre de l’Industrie, Abdesselam Bouchouareb, et le président du Forum des chefs d’entreprise, Ali Haddad, ont été pour beaucoup dans cette nouvelle dynamique entre les deux pays.

 

Quatrième client de l’Algérie en termes d’échanges commerciaux avec ce chiffre de 1,3 milliard US, durant les huit premiers mois de l’année en cours, les USA semblent de plus en plus attirés par les chances qu’offre un pays en voie de développement, comme l’Algérie. Présents déjà dans l’industrie agricole, à travers l’usine de fabrication de puissants tracteurs agricoles sous la marque Massey Ferguson, implantée à Constantine, les Américains prévoient un investissement de 100 millions de dollars dans le secteur.

Selon des propos du président du Conseil d’affaires algéro-américain, Smaïn Chikhoune, «les Etats-Unis ont réservé 100 millions de dollars pour le secteur de l’agriculture en Algérie». Près d’une centaine d’investisseurs se lancent désormais dans l’agriculture, particulièrement dans la production de semences de pomme de terre, de lait et de viande bovine.

Dans le secteur de la santé, le centre algéro-américain de radiothérapie Varian Medical Systems Algeria, fruit d’un partenariat entre Cialfarm, filiale du groupe privé algérien ETRHB, et la firme américaine Varian Medical Systems, opérationnel depuis mars dernier, est considéré comme «un modèle de partenariat qui reflète les relations grandissantes entre les sociétés des deux pays».

Pour la chef de mission à l’ambassade des Etats-Unis en Algérie, Mme Ana Escrogima, «la réussite de Varian représente un exemple de potentiels pour les sociétés américaines qui investissent en Algérie». Les Etats-Unis «continueront à travailler étroitement avec l’Algérie en vue de promouvoir des politiques qui facilitent la création des investissements directs étrangers tant nécessaires pour la diversification économique algérienne».

De son côté, l’Algérie continue son opération de charme en direction de la première puissance économique mondiale. Le ministre de l’Industrie, Abdesselam Bouchouareb, dont le département ministériel représente le fer de lance du nouveau modèle économique du gouvernement, est actuellement aux Etats-Unis pour participer aux travaux du IIe US-Africa Business Forum. Ce forum, qui réunit des chefs d’Etat africains et des décideurs économiques, dont des PDG d’entreprises américaines et africaines, se tient sous le thème «Accroissement des échanges et des investissements entre les Etats-Unis et les pays africains». Une belle opportunité pour l’Algérie d’attirer les dollars américains.

 

 

 

 

Article MEDAFCO: 
Non
Source: 
algerie360

Sonatrach-ENI : Une centrale photovoltaïque en projet

 

Les groupes pétroliers algérien et italien Sonatrach et Eni comptent renforcer leur partenariat énergétique stratégique en lançant, avant fin 2016, la réalisation d’une centrale photovoltaïque à Ouargla, rapportait hier l’APS en citant un communiqué du groupe Sonatrach.

Le projet retenu consiste en la réalisation d’une centrale photovoltaïque d’une capacité de 10 MW au niveau du champ de BRN (Bir Rebaa Nord, Ouargla), opéré par la société mixte Groupement Sonatrach-Agip (GSA) avec comme objectif de lancer les travaux avant la fin de l’année, indique la même source. Ce projet, qui s’étalera sur une superficie de 20 ha, servira à tirer profit du potentiel solaire important de la région pour alimenter les installations du champ de Bir Rebaa en générant 20 GWh/an d’énergie électrique et libérer du gaz naturel pour une meilleure valorisation.

Le même communiqué indique que c’est dans le cadre de la politique nationale de développement des énergies renouvelables, élevées au rang de priorité nationale, que Sonatrach a décidé de les inscrire dans son actuelle feuille de route qui vise notamment la diversification des sources d’énergie et la valorisation des ressources nationales, notamment en gaz naturel.

Ce projet est la concrétisation des discussions du 21 juin 2016 entre Amine Mazouzi, président-directeur général de Sonatrach, et Claudio Descalzi, administrateur délégué d’ENI, qui portent sur une multitude d’initiatives que les deux sociétés ont décidé de développer dans le futur. 

R. E.

Article MEDAFCO: 
Non
Source: 
elwatan

Prix Nobel de physique/ L’Algérien Madjid Boutemeur, un lauréat potentiel

Le professeur Madjid Boutemeur, natif de la région de Raffour, dans la wilaya de Bouira, docteur en physique nucléaire et physique des particules, chercheur à l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire, a été retenu pour concourir pour le prix Nobel 2016 de physique. Ce scientifique émérite est une sommité mondiale dont les compétences sont disputées par les plus grands centres de recherche.

Il avait à plusieurs reprises évoqué son rêve de décrocher le prix Nobel de physique. Un rêve qui est en passe de se réaliser car les recherches du docteur sont estimées par la communauté scientifique comme révolutionnaires et novatrices.

Le professeur Boutemeur est l’un de ces génies algériens sujets de toutes les convoitises. Il est considéré comme une sommité pour sa vision avant-gardiste dans le domaine de la physique nucléaire, notamment la physique des particules.

Âgé de 53 ans et auteur de 650 publications scientifiques, il travaille actuellement au Centre européen de recherche sur le nucléaire (CERN) en Suisse. Il a déjà failli être retenu pour le prix Nobel de physique en 1987 lors ce qu’il menait des recherches à Yale aux États-Unis.

Le professeur Boutemeur est également détenteur d’un record du monde dans le domaine de la polarisation des spins à très basses températures. Grâce à ses références prestigieuses, le chercheur a été recruté par les autorités allemandes à titre de conseiller scientifique du gouvernement de Bavière en tant que spécialiste des questions d’énergie.

Massi M.

Article MEDAFCO: 
Non
Source: 
algerie-focus

SALON DE L’ELEVAGE ET DE L’AGROÉQUIPEMENT « SIMA-SIPSA » DU 04 AU 07 OCTOBRE 2016

Lieu: 
Palais des Expositions, SAFEX, Alger.
Date: 
04/10/2016 - 07/10/2016

Sous le Haut Patronage du Ministre du Commerce, du Ministre de l'Agriculture, du Développement Rural et de la Pêche, et du Ministre de l'Industrie et des Mines, Exposia et Exposima ( filiale du groupe COMEXPOSIUM ) organisent la 1ère édition du Salon de l’Elevage et de l’Agroéquipement « SIMA-SIPSA » qui se tiendra du 4 au 7 Octobre 2016 au Palais des Expositions, SAFEX, Alger.

 Le SIMA, Salon Mondial de référence pour les fournisseurs de l’agriculture et de l’élevage, et le SIPSA Algérie, Salon International de l’élevage, de l’agro-alimentaire et de l’agroéquipement, s’associent pour créer un nouveau salon, le SIMA-SIPSA Algérie, qui sera le plus grand salon professionnel dédié à l’élevage et l’agroéquipement en Afrique.

 Grâce à ce partenariat entre deux marques leaders, le SIMA-SIPSA présentera une offre complète pour répondre à toutes les filières.
Le salon présentera également les dernières innovations et un ensemble de Forums et conférences organisés par la Fondation FILAHA Innove. 
Les opérateurs économiques Algériens intéressés pour participer à ce salon sont invités à compléter le formulaire via le lien suivant : www.sima-sipsa.com/Formulaires/Formulaire-Reservation-de-stand

ou contacter EXPOSIA aux cordonnées suivantes :

Tel : +213 (0)21 91 75 28/ Fax : +213 (0)21 91 93 00 
Email : sima-sipsa@expovet-dz.net
Pour plus d’informations, veuillez consulter le site web de l’événement :
www.sima-sipsa.com

Stockage de céréales : Blumberg Grain veut investir 250 millions de dollars en Algérie

 

Le groupe se focalise sur la réalisation d’environ 200 entrepôts de stockage, un projet pour lequel une offre technique et financière a été officiellement soumise.

Après avoir réalisé un mégaprojet d’une centaine d’entrepôts en Egypte, le groupe américain spécialisé dans la sécurité alimentaire, Blumberg Grain, se tourne vers l’Algérie où il entend investir pas moins de 250 millions de dollars dans l’implantation d’une usine de fabrication d’équipements servant à la réalisation d’entrepôts de stockage pour céréales et autres denrées alimentaires. Selon une source proche du dossier, le groupe américain voudrait faire de l’Algérie «un hub régional» desservant toute la région de la Méditerranée, du Maghreb et de l’Afrique de l’Ouest.

Mais pour l’heure, le groupe se focalise sur la réalisation d’environ 200 entrepôts de stockage, un projet pour lequel une offre technique et financière a été officiellement soumise au gouvernement en mai dernier. Des discussions ont été entamées avec les responsables de l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC), ainsi que ceux du ministère de l’Agriculture, et des visites de travail ont été organisées, «sans pour autant déboucher, à ce jour, sur un accord officiel impliquant le lancement du projet», nous dit-on.

Le groupe fonde, néanmoins, un grand espoir sur l’actuelle politique des pouvoirs publics en matière agricole, qui fait de la sécurité alimentaire une priorité absolue. «La rencontre du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, avec le PDG du groupe, Philip Blumberg, en avril dernier aux Etats-Unis, dénote de l’intérêt qu’accorde l’Algérie à la question de la sécurité alimentaire et aux moyens de faire face aux aléas techniques et climatiques qui empêchent le secteur agricole de réaliser une meilleure productivité et de meilleurs rendements», explique notre source.

Et de relever, qu’en ce qui concerne les céréales, l’Algérie a enregistré, ces dix dernières années, une croissance significative des volumes collectés oscillant entre 10 et 20 millions de quintaux, «mais les capacités totales de l’ensemble des infrastructures de stockage de la production nationale n’est que de 10 millions de quintaux, avec des défaillances évidentes en matières d’aération, d’humidité et de températures requises pour une bonne et saine conservation du produit».

Une étude menée par un expert de Blumberg Grain révèle, aussi, que les pertes post-récolte atteignent les 40%, principalement à cause de «l’obsolescence des infrastructures de stockage et leur gestion dépassée». Les solutions proposées par le groupe, à travers l’installation de 200 unités de stockage horizontal de haute technologie, peuvent contenir jusqu’à un million de tonnes et sont à même de ramener le taux de pertes à moins de 5%, «ce qui devrait procurer au gouvernement un gain de près de 119 millions de dollars par an», nous explique-t-on encore.

Réalisables en 22 mois seulement, ces unités seront gérées via un centre de contrôle informatisé offrant la possibilité d’une commande à distance des diverses infrastructures implantées. «Cela permettent également une gestion parcimonieuse, rigoureuse et transparente des stocks et des transactions ainsi qu’une traçabilité du produit», conclut notre source.

Lyes M.

 

Article MEDAFCO: 
Non
Source: 
elwatan

Salon agroalimentaire international de Paris: participation accrue d'entreprises algériennes

ALGER - Le nombre d'entreprises algériennes participant au Salon international de l'agroalimentaire de Paris (SIAL), prévu en octobre dans la capitale française, sera en nette hausse par rapport aux éditions précédentes, ont indiqué, mercredi à Alger, les représentants de cette manifestation économique.

Le pavillon Algérie, organisé par la Société algérienne des foires et exportations (Safex), comprendra 20 exposants, tandis que d'autres opérateurs y participeront à titre individuel hors-Pavillon Algérie, a indiqué le responsable des foires étrangères auprès de la Safex, Fathallah Baiata, lors d'un point de presse organisé par la société Promosalon, représentante de SIAL à Alger.

La superficie globale qui sera occupée par les stands algériens est de 756 m2 dont 200 m2 pour les 20 exposants au Pavillon Algérie dont l'installation est prise en charge par la Safex, selon Nabil Bay Boumezrag, directeur de Promosalons.

Lors de la précédente édition de 2014, la participation algérienne était composée de quatre (4) entreprises seulement sur les 360 sociétés maghrébines, a fait savoir le même responsable.

Les sociétés algériennes exposantes activent dans les filières dattes, confiserie, boissons, vinaigre, l'huile d'olive, produits laitiers et fruits et légumes.

"Cette forte participation dénote de la compétitivité de nos produits qui sont de bonne qualité", estime M. Baiata.

Le ministère du Commerce a mandaté la Safex pour préparer la participation algérienne à ce salon de renommée mondiale.

A cet effet, les exposants ont bénéficié d'un soutien du Fonds spécial pour la promotion des exportations (FSPE) qui couvre 80% des charges des participants.

Outre les opérateurs ayant déjà participé aux éditions précédentes, d'autres y prendront part pour la première fois à la conquête de marchés à l'export.

Certains de ces exposants sont déjà des entreprises exportatrices pour des produits telles que les dattes et les boissons", a affirmé M. Baiata estimant que les salons professionnels constituent un des moyens idoines pour promouvoir le produit et le placer à l'export.

En plus de la participation des entreprises agroalimentaires, les professionnels algériens s'intéressant à ce domaine sont également nombreux à se rendre à ce salon puisque 17,3% de visiteurs africains de l'édition de 2014 étaient des Algériens, ce qui représente environ 1.700 professionnels, selon M. Boumezreg.

Article MEDAFCO: 
Non
Source: 
APS

Renault trucks : Création d’une unité de montage avec le groupe BSF Souakri

 

Renault Trucks a annoncé avoir conclu, le 25 août dernier à Lyon un pacte d’actionnaires pour la création d’une joint-venture avec le groupe BSF Souakri.

Ce pacte, signé en présence de Bruno Blin, président de Renault Trucks SAS, et de Abdenour Souakri, président du groupe Souakri, pose les bases d’un partenariat stratégique entre les deux parties. Cette entreprise commune investira dans les années à venir en capacités industrielles et en formation, selon un communiqué de Renault Trucks, qui précise que «sa création fait suite au protocole d’accord signé à Alger le 10 avril 2016 au cours du 3e Forum de partenariat algéro-français».

Cet investissement contribuera au développement d’un outil industriel compétitif permettant la production et la commercialisation de véhicules Renault Trucks et Volvo Trucks», souligne-t-on. L’entrée en vigueur de cet accord s’accompagne d’un transfert de technologies et d’un haut niveau de contenu local. La société, qui s’appuiera sur le savoir-faire, l’expérience et la technologie du groupe Volvo, devrait entrer en activité dès ce mois de septembre.

Cette joint-venture est née de la volonté de Renault Trucks de développer et de renforcer sa présence en Algérie. «Renault Trucks a une longue histoire en Algérie et le parc roulant de camions européens le plus important. Un partenaire local fort nous permettra de consolider nos relations avec les acteurs de ce marché qui est essentiel pour Renault Trucks et le groupe Volvo», a indiqué Bruno Blin. L’entreprise sera organisée de manière à répondre efficacement aux impératifs du marché algérien et à l’environnement concurrentiel.

Son siège sera établi à Meftah (Blida), où une unité d’assemblage construira le premier véhicule dans le courant de l’année 2017. «Nous nous réjouissons de collaborer avec l’un des leaders mondiaux en matière de véhicules industriels et de pouvoir contribuer à son développement sur le marché algérien», a déclaré le président du groupe BSF Souakri.
 

R. B.

Article MEDAFCO: 
Non
Source: 
elwatan

Mostaganem: lancement de la réalisation d’une ferme expérimentale d’aquaculture et de biologie marine

MOSTAGANEM - L’université "Abdelhamid Ibn Badis" de Mostaganem lancera prochainement la réalisation d’une ferme expérimentale d’aquaculture et de biologie marine dans la commune de Stidia (15 km à l’Ouest du chef-lieu de wilaya), a-t-on appris mardi du directeur de cet établissement d’enseignement supérieur.

Le professeur Belhakem Mustapha a indiqué, lors d’un point de presse, que ce projet qui s’étend sur une superficie de 4 hectares permettra, une fois mis en service, d’effectuer des études et recherches sur différentes espèces marines, ainsi que la formation des étudiants dans ce domaine pour développer la filière aquacole.

Les procédures administratives portant sur l’acquisition du terrain et la délivrance du permis de construire ont été achevés en attendant la désignation de l’entreprise chargée des travaux.

Par ailleurs, les travaux sont en cours pour la réalisation de nombreux projets à travers des facultés dont deux amphithéâtres et l’aménagement d’un autre totalisant 900 places pédagogiques dans les facultés de sciences et technologies (ex institut d’agronomie) et l’école supérieure d’agriculture, ainsi que la construction d’un bloc pour laboratoires et deux autres pédagogiques.

Il est attendu bientôt la réception d’une salle omnisports à l’institut d’éducation physique et sportive, a-t-on annoncé.

L’université "Abdelhamid Ibn Badis" de Mostaganem a accueilli, à la nouvelle rentrée, 5.654 nouveaux étudiants dont 200 et 350 étudiants à l’école supérieure des enseignants et l’école supérieure d’agriculture respectivement, pour atteindre un effectif global de 31.000 étudiants répartis sur sept facultés.

Cet établissement d’enseignement supérieur sera doté par 72 postes budgétaires de maitre-assistant, sachant que l’université compte 12 domaines, 34 filières et 76 spécialités.

L'enseignement supérieur dans la wilaya dispose de 9 facultés, d'un institut d’éducation physique et sportive, d'une école supérieure des enseignants, d'une autre d’agriculture, d'une école préparatoire en sciences de la nature et vie et de sept cités universitaires accueillant d'une capacité théorique de plus de 15.000 lits.

Article MEDAFCO: 
Non
Source: 
APS

Plus de 120 projets touristiques en réalisation à Oran

Au total, 122 projets touristiques entre hôtels, résidences, villages et centres de thalassothérapies d’une capacité globale de 20.149 lits, sont en cours de réalisation dans la wilaya d’Oran, a-t-on appris mercredi de la direction du tourisme. Ces 122 projets touristiques, dont le taux d’avancement varie entre 5 et 95 pour cent, s’ajoutent aux 163 établissements hôteliers en exploitation au niveau de la wilaya d’Oran pour atteindre une capacité de 15.041 lits, a déclaré, M. Kaim Benamar Belabbes, en marge d’une rencontre sur la situation du tourisme au niveau local, annonçant la réception dans les prochains jours d’un nouveau hôtel 3 étoiles à haï Es-sedikia (Oran).

Article MEDAFCO: 
Non
Source: 
algerie360

Groupe Cevital : Un objectif de 3 milliards de dollars à l’export

 

Cevital, premier groupe privé d’Algérie de l’homme d’affaires Issad Rebrab, ambitionne d’augmenter ses recettes liées aux exportations à 3 milliards de dollars annuellement au cours des trois prochaines années. 

«Nous avons décidé, en tant que groupe Cevital, que d’ici trois ans, on doit dégager plus de 3 milliards de dollars de recettes à l’exportation par an. On ne s’arrêtera pas à l’électroménager, au verre plat ou à l’agroalimentaire. Nous allons le faire dans tous les secteurs où nous investissons. Si on prend les choses en main du bon côté, il n’y a aucun problème pour faire passer notre pays du stade d’importateur au stade d’exportateur», a affirmé Issad Rebrab, PDG du groupe industriel, lors de la première édition des rencontres Club Export organisée dans la soirée de lundi à l’hôtel El Aurassi par le World Trade Center, et consacrée au potentiel du marché africain.

Pour atteindre son objectif, le patron du groupe industriel compte notamment sur les performances de ses filiales Agro-Cevital (huile et sucre), Oxxo (fenêtres et portes en PVC) et MFG (verre plat). «L’Afrique n’est pas notre seule destination et n’est pas la plus importante. Nous exportons aujourd’hui différents produits, notamment le sucre, dans plus 28 pays à travers le monde. Donc, il ne faut pas se limiter au marché africain», a insisté Issad Rebrab.

Celui-ci devra aussi miser sur le complexe électroménager de Sétif (Brandt), entré en production récemment avec une capacité de 8 à 10 millions d’articles électroménagers. «C’est la première fois dans l’histoire de l’Algérie, à ma connaissance, qu’un produit fabriqué à Sétif a remporté le prix Janus d’innovation et de design en France. Aujourd’hui, une proportion de 100% de la production est destiné à l’exportation», a-t-il affirmé.

Adepte de la colocalisation, Issad Rebrab a expliqué que pour grandir, «il faut produire à une taille mondiale et à l’aide des technologies de dernière génération, bénéficier des brevets et surtout d’un réseau de distribution». Cela dit, le problème de la logistique constitue, à ses yeux, un sérieux écueil pour les producteurs locaux. «Notre pays a toutes les possibilités de fabriquer des produits de qualité et compétitifs, en tenant compte de la logistique. La logistique, ce n’est pas simplement l’affaire des entreprises, cela concerne aussi le pays», a fait savoir le patron du groupe, déplorant que les ports algériens soient actuellement saturés, d’où la nécessité, selon lui, d’autoriser les opérateurs à investir dans les ports.

Intervenant lors de la rencontre, Brahim Benabdeslam, vice-président du FCE, a regretté le fait que l’Algérie soit très en retard dans la conquête du marché africain. «L’Algérie n’a pas de stratégie vis-à-vis du marché africain. Il faut une stratégie consensuelle qui associera les opérateurs économiques», a-t-il soutenu, suggérant la mise en place d’un fonds d’investissement et le recours au financement extérieur. «Nous sommes en retard, il faut que l’Algérie se positionne sur ce marché», a concédé Saïd Djellab, représentant du ministère Commerce, évoquant l’élaboration en cours d’une stratégie nationale à l’export. 

Hocine Lamriben

 

Article MEDAFCO: 
Non
Source: 
elwatan

Syndiquer le contenu