Société algérienne des assurances (SAA) : Résultats appréciables en 2011

Vous devez inclure au moins un mot-clé positif de 3 caractères ou plus.

Traduire ce contenu

 

Après avoir porté un toast à la santé des cadres de son entreprise, réunis, hier à Alger, à l’occasion de la présentation des résultats financiers de 2011, Lamara Latrous, PDG de la Société algérienne des assurances (SAA), a exposé le bilan de l’exercice écoulé, jugé «satisfaisant», bien que les objectifs de croissance ne soient réalisés qu’à hauteur de 87%.

La SAA a réalisé un chiffre d’affaires appréciable durant 2011, estimé à 20,1 milliards de dinars, soit en hausse de 5,36% comparativement à l’exercice 2010. Le secteur des assurances a gagné 86,1 milliards de dinars en 2011.
Un profit qui a augmenté par rapport à 2010. La compagnie de M. Latrous s’empare ainsi grâce à ces résultats de 25% des parts du marché. Cependant, le bilan 2011 de la SAA, bien qu’il soit positif, est émaillé de quelques voyants qui sont au rouge ; la branche contre les risques simples manque de punch pour pouvoir compenser les pertes dues au recul des gains des AP (Assurances de personnes), recul des recettes au niveau des agences directes contrairement aux profits tirés auprès des intermédiaires, des charges en hausse, etc.

Pour 2012, les responsables de la SAA entendent bien "casser la baraque", bien que, d’après Lamara Latrous, «les défis soient plus complexes». «Des effets néfastes sont apparus suite à une concurrence déloyale sur les prix, notamment dans la branche assurance-auto», dira le PDG de la SAA. Sur le terrain commercial, la compagnie publique entend redoubler d’efforts afin de maintenir le rythme de croissance autour de 7% en 2012 (6% pour la branche automobile, 10% pour la couverture des risques divers et 15% pour l’agriculture et les transports).

Le chiffre d’affaires prévisionnel attendu pour 2012 devrait s’établir à 21,104 milliards de dinars. Pour ce faire, les responsables de la SAA estiment nécessaire de compenser le chiffre d’affaires réalisé habituellement par les AP par l’assurance contre les risques divers. La SAA entend se positionner davantage sur le segment des «risques entreprises» et les «risques agricoles» qui ont gagné respectivement 2,179 milliards de dinars et 218,16 millions de dinars en 2011 (13% et 18,74% de croissance). La SAA entend également s’investir sur les produits et le service marketing et communication en proposant des packages promotionnels.
D’après M. Latrous, les acteurs du marché gagneraient aussi à accorder leurs violons afin de mieux s’organiser en vue de mettre fin à certaines pratiques nuisibles à la trésorerie des compagnies.  

Ali Titouche

Source: 
El Watan