Les technologies vocales progressent à l’USTHB

Vous devez inclure au moins un mot-clé positif de 3 caractères ou plus.

Traduire ce contenu

En Algérie, tout n’est pas à l’arrêt dans la recherche liée au TIC. De sérieux progrès ont été réalisé ces dix dernières années dans  l’étude des systèmes de traitement automatique  de la parole. Il s’agit là du premier support de transmission de l’information. Pour bien faire un point d’étape sur ce champ de recherche, le laboratoire de Communication Parlée et Traitement du Signal (LCPTS) organisera, les 12 et 13 décembre de ce mois à, Alger, à la faculté d’électronique et d’informatique de l’Université des Sciences et Technologies Houari Boumediene (USTHB), des journées scientifiques. Crée en l’an 2000, ce laboratoire englobe plus d’une cinquantaine de chercheurs travaillants dans différents domaines touchants, en général, la communication parlée et, en particulier, les applications de l’étude des propriétés acoustiques du signal vocal, comme la reconnaissance automatique de la parole et du locuteur.  Parmi les objectifs, convertir un son de parole en un texte. Ou encore identifier un locuteur ayant prononcé un texte. Soit en environnement réel, soit, c’est plus compliqué, à travers un réseau de télécommunications. Cela fait rêver ?  Le dialogue homme machine ressemblerait beaucoup à un dialogue homme-homme. L’avènement de l’électronique a déjà permis de greffer ces deux technologies aux méthodes d’analyse et de synthèse de la parole, aux réseaux téléinformatiques et aux technologies du web.

 

L’ensemble formera alors une véritable interface de type nouveau. Ces applications rendront central le traitement automatique du langage naturel dans le développement du dialogue Homme/Machine. Le champ des applications est immense. Dans le web, la transcription automatique bidirectionnelle des sons des vidéos permettra un meilleur référencement du contenu. Il sera possible d'effectuer des recherches textuelles sur des vidéos et les messages vocaux. L’application Siri en est le meilleur exemple, Apple l’a intégré dans son iPhone 4. Elle est commandée par la voix et est capable d'identifier la demande de l'utilisateur et de rechercher en ligne les meilleures réponses que son moteur de recherche indexe.

 

Face à cette mutation technologique, les équipes du laboratoire LCPTS se sont fixé un but. Elles veulent montrer les fiabilités et performances des technologies vocales dans la langue Arabe. Un challenge scientifique qui combine ingénierie de la langue et technologies de l’information et de la communication. Un challenge jeune de onze ans.

Source: 
MAGHREBEMERGENT