Un dialogue permanent est nécessaire

Vous devez inclure au moins un mot-clé positif de 3 caractères ou plus.

Traduire ce contenu

abderrahmane mebtoul

Dr. Abderrahmane Mebtoul, économiste algérien et expert international en management stratégique

L’expert économique, Abderrahmane Mebtoul a insisté hier sur la nécessité de l’instauration d’un dialogue permanent avec les partenaires économiques et sociaux, et aussi l’introduction de la « bonne gouvernance et de l’état de droit. Lors de son passage  à l’émission l’Invité de la rédaction de la Chaîne III de la Radio algérienne, il a souligné qu’«il faut la moralisation de la société par ceux qui doivent donner l’exemple». Il dira dans ce sens qu’il ne faut pas avoir une vision sinistrose vis-à-vis l’avenir de l’Algérie,  car a-t-il précisé «nous ne sommes pas dans la même situation que celle des années 1986». Appuyant ses dires Mebtoul a souligné qu’a actuellement l’Algérie repose sur un matelas financier très important qui est à l’ordre de 100 milliards de dollars et n’ayant qu’une dette extérieure de moins de 4 milliards de dollars. Et de poursuivre «dans le contexte actuel, il est temps de mettre les moyens nécessaire et une stratégie fiable pour pouvoir transformer cette richesse virtuelle en richesse réelle et de discuter des modalités de financement futur. L’Invité de la Rédaction n’a pas manqué d’exprimer son pleine  confiance quant à ce nouveau gouvernement en indiquant en des termes précis : «il y a une prise de conscience qu’il faut lever les contraintes dans le milieu des affaires afin, de booster le secteur privé productif et de le débarrasser pour cela, des contraintes bureaucratiques et de faciliter son  financement et son accès au foncier ». «Les orientations du Président de la République se sont fondu sur du réalisme» a-t-il ajouté. Mettant l’accent sur les financements nécessités par les besoins d’importations et les transferts légaux de capitaux durant l’année 2016, il a indiqué ces derniers se sont chiffrés à quelque 60 milliards de dollars. Tout en rappelant que durant l’année 2013, les sorties de devises ont été supérieures à 75 milliards de dollars par rapport à l’année 2016 ce qui confirmé a-t-il ajouté que le gouvernement à déployé beaucoup d’efforts pour atteindre ses résultats et de limiter cette hémorragie budgétaire. L’expert a annoncé à cet effet que durant la période à venir il y aura de tensions budgétaires difficiles, en estime qu’il est utile de mobiliser les Algériens en leur tenant un «langage de vérité». L’Algérie, dit-t-il, «recèle d’importante potentialités qui sont appelés à être appuyées et accompagner par des décisions courageuses». Ces dernières devraient a-t-il ensuite ajouté de cibler le système des subventions dont il note qu’il représente un tiers du budget, et dont il considère qu’il est «injuste», dans la mesure, dit-il, où «celui qui perçoit 50 millions de centimes en bénéficie au même titre que celui qui touche 2 millions de centimes».
Makhlouf Ait Ziane

Source: 
EL Moudjahid